La genèse alsacienne

Mis à jour : mai 11

Dans ce premier article, je reviens sur les premières grandes étapes de ma vie afin de partager mon évolution m'ayanr amené à devenir une entrepreneure et artiste engagée. A travers les différents articles de ce journal, vous allez découvrir les moments forts de ma vie qui m'ont conduits à changer mon regard sur le monde, sur ma consommation, sur les autres et sur mon rôle a joué dans cette société. Mon souhait à travers le partage de mon expérience est d'encourager d'autres personnes à oser réaliser leurs rêves, à accomplir leur destinée en étant ce qu'ils sont et de ne pas se fier au contexte ou aux circonstances, car notre détermination et notre persévérance nous permettrons de réaliser nos aspirations.



Originaire d’Alsace, j’ai grandi dans un village proche de Strasbourg et de la nature. Mon père, cadre de santé, m'a encouragé dès mon plus jeune âge à faire du sport. Ainsi, j'ai pratiqué la GRS, la gymnastique et l'aérobic en compétition. En parallèle, grâce à ma mère professeur de français, j'ai développé ma fibre littéraire. Très jeune, attirée par le domaine artistique et les arts de la scène, une de mes tantes m'a emmené régulièrement à l'opéra, au musée, au théâtre...


L'envie de monter sur scène est née alors que j'avais 8 ans. J'ai participé comme comédienne à plusieurs spectacles dans le cadre de projets culturelles et mon rêve de devenir comédienne s'est intensifié à la fin du collège, bien que je sois timide et plutôt introvertie. Malgré cela, l'envie de me challenger a pris le dessus. J'ai rejoint un groupe théâtre pour gagner en expérience afin d'être sélectionnée pour intégrer la classe théâtre du Lycée des Pontonniers à Strasbourg. Ma motivation et mon souhait de me surpasser m'ont permis de vivre une belle expérience au sein de ce lycée. J'ai pris davantage confiance en moi, développé ma créativité et ma culture artistique. Plus de 30 spectacles vus en 3 ans !



A 16 ans, j'ai eu ma première révélation, j'avais envie de faire un métier que personne ne fait.


A la fin du lycée, j'ai décidé de développer mon rêve de devenir comédienne en mettant sur pied deux projets au sein d'une association culturelle pendant mes études, afin de dynamiser un groupe de jeunes. Ces deux projets ont été d'une certaine manière mes premiers pas en tant qu'entrepreneure dès mes 19 ans. Je me suis occupée de constituer la troupe, d'organiser les répétitions, de gérer la mise en scène et la direction des acteurs, de superviser la création des décors, d'organiser les représentations et de les promouvoir, et bien sûr de jouer, chanter et danser! J'ai combiné tout ce que j'aimais faire !


En parallèle, je me suis orientée professionnellement vers une formation en communication globale qui m'a permise de découvrir un nouvel univers dans lequel j'ai développé de nombreuses compétences grâce à des projets concrets. Durant ma première année d'étude, je commençais déjà à réfléchir à ce que j’aimerais faire après cette formation. Au collège, parallèlement à mon envie de faire du cinéma, la mode était aussi un domaine qui m'attirait et je m’imaginais dénicher des nouveaux talents ou créations et les faire connaître. A l’époque, je n’avais aucune idée de ce que c’était comme type de métier.

En discutant avec un ami, il m'a parlé du métier de chef de produit mode que sa sœur exerçait. J'ai réalisé que ce métier pourrait d’une certaine façon correspondre à ce que j’avais envie de faire. Lors de mon DUT, l'une de mes camarades m'a parlé de l’ISTA, l’école qui forme des chefs de produit textile. A peine j'ai lu la plaquette, j'ai ressenti l'envie de rejoindre cette formation.


Petite anecdote surréaliste :

Un jour, alors que j'étais assise dans le hall de l’IUT, deux étudiantes se sont approchées de mes amies et moi pour nous informer qu’elles présentaient l’ISTA. Incroyable, le destin venait frapper à ma porte. Nous avons assisté à la présentation et à la fin j'ai discuté avec le directeur de l’école qui comme par hasard cherchait à ce moment-là une stagiaire... mais de deuxième année. Il m'a tout de même proposé de lui envoyer ma candidature bien que je sois en première année. Ni une ni deux, j'ai rédigé ma première lettre de motivation pro, mon CV et lui ai envoyé. Convaincue par ma lettre et ma motivation, le directeur m'a donné ma chance !



A la fin de ce stage, j'étais plus que motivée d'intégrer l’école à la fin du DUT. Alors pour mettre toutes les chances de mon côté, en 2ème année, j’ai effectué mon stage chez une créatrice de mode pour accroître mes connaissances dans le domaine, tout en développant ma culture mode. J’ai finalement intégré l’ISTA avec succès pour deux années en alternance intenses et riches. Durant mes études à l'ISTA, j'ai entendu parler de développement durable pour la première fois. A l'époque, j'avais déjà été sensibilisée au fait que des marques exploitaient des enfants pour fabriquer des chaussures et sur l'existence de sweatshops (usines qui exploitent leurs employés). Mais je n'avais pas encore pris conscience de l'ampleur de l'impact de cette industrie sur l'Humain et l'Environnement.


Mon envie première de travailler dans l'univers de la mode était davantage lié au côté sociologique. J'étais fascinée par le lien existant entre l'évolution du vêtement et celui de la société.

En découvrant le monde du textile, les coulisses de la fabrication d'un fil jusqu'à la commercialisation d'un vêtement, j'ai pris conscience de la complexité de cette industrie et du nombre d'acteurs intervenant à chaque étape du cycle de vie d'un produit textile.



Mon souhait de donner du sens à ce que j'entreprends s'est déjà manifesté lors du projet de création d'entreprise virtuelle à réaliser à la fin de notre formation ISTA. Notre équipe a développé une marque de vêtements stylée, confortable et pratique dédiée aux personnes à mobilité réduite. Ce projet s'est révélé complexe, mais passionnant.


Mon passage à l'ISTA et mon alternance au sein d'une jeune marque de mode m'ont beaucoup apporté pour développer ma première société en 2012. Travailler comme alternante au sein d'une start-up m'a appris à m'adapter, à être polyvalente et à découvrir le fonctionnement d'une société de mode de A à Z. Je pouvais aussi bien envoyer des colis, gérer un shooting photo, faire de la prospection client, réaliser un catalogue, aider sur des tâches graphiques, envoyer des demandes de devis aux fournisseurs textiles et même faire le rangement d'un local de bureau. Cette expérience m'a appris que chaque tâche est importante pour qu'une entreprise se développe.


A cette époque, je n'aurai jamais pensé que je serai entrepreneure, je me voyais plutôt bosser comme chargée de communication au sein d'une grande marque de mode comme Chanel. J'ai toujours beaucoup admiré Gabrielle Chanel pour son audace, sa vision et l'impact qu'elle a eu sur la révolution de la garde robe féminine.



Arrivée à la fin de ma 2ème année ISTA, je me questionnais beaucoup sur mon avenir. En effet, depuis le lycée je rêvais de partir à l’étranger pour devenir bilingue anglais. J’envisageais même d’être professeur des écoles bilingue avant d’intégrer l’ISTA. Un jour, alors que je surfaits sur le net en quête d’une formation à l'international, je suis tombée sur le programme qui allait changer le cours de ma vie. Un Master Fashion&Design à NY proposé par la société EF. A la lecture du programme, j'ai été tout de suite emballée, car il complétait parfaitement ma formation à l’ISTA accès plus business et management de la mode. Ce Master à NY était davantage orienté autour de la création de mode. J'ai demandé une plaquette et trois jours après alors que je rentrais chez mes parents pour le week-end, la plaquette m'attendait sagement dans la boîte aux lettres et une note y était ajoutée.


Ce week-end là été organisée, comme par hasard, une porte ouverte à Strasbourg. Signe du destin, je m'y suis rendue sans réfléchir. Mes échanges avec l'équipe EF m'ont transporté à NY et j'étais toute excitée à l'idée de rejoindre ce programme. J'ai tout de même eu 2 mois de réflexion intense, car quitter l'Alsace et me rendre à NY pour faire une formation coûteuse, pas reconnue par l'état français, de prime à bord, ce n'est pas le choix de la raison. Peu importe, mon intuition était trop forte et elle me poussait à me jeter à l'eau. Alors, j'ai décidé de me lancer et de partir à l’autre bout du monde. Et je n'ai jamais regretté ce choix, car il a eu un impact considérable sur ma vie et j'en parlerai certainement très souvent dans mon journal ! Un voyage peut changer une vie ! Il suffit de suivre son coeur et de laisser les peurs derrière soi.



Là-bas, je me suis tout de suite sentie comme un poisson dans l’eau. Lors de ce voyage j'ai mêlé études, stage, voyages et rencontres. Vous pourrez en découvrir plus dans les prochains articles, je vous partage les chroniques de mon séjour à NY => Episode 1.


En résumé, je suis revenue de ce séjour avec une vision de la vie différente, totalement déterminée à m'engager dans une mode éthique et durable. Alors qu'avant ce séjour, je me voyais bosser comme une employée, je suis revenue avec la conviction qu'un jour je serai entrepreneure et que je pourrai réaliser tous les rêves que j'ai dans mon coeur en une seule vie...


To be continued...

© 2020 par Natacha Ruiz

  • Icône Facebook blanc
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Icône Instagram blanc