Ma vie d'entrepreneure E-2 : de la mode, au cinéma en passant par la musique

Mis à jour : mai 15

Voici la suite des mes aventures entrepreneuriales retraçant la fin de N&C STORIES et ma contribution à Mirage, un projet musical devenu une série télévisée. Un projet a fort potentiel hollywoodien imaginé par le créateur Ethan alias A.K.


En mai 2014, alors que mon associée et moi décidions de poursuivre des routes séparées, je souhaitais conserver la société N&C STORIES et continuer son développement. Parallèlement, je travaillais avec une comédienne en lui présentant des marques de mode eco-responsable. Nous avons d'ailleurs assisté à plusieurs défilés lors de la Fashion Week avec M. Mocho. J'ai gardé une bonne relation avec lui après nos départs respectifs de la Fédération, il a continué à me donner ses conseils régulièrement.



Un jour, invitée à une avant-première d'un des films de l'actrice, j'ai rencontré une de ses amies avec laquelle j'ai sympathisé. Etant en train de développer sa marque de mode, je lui ai apporté quelques conseils dans le cadre de son projet.


Quelques temps plus tard, alors que j'étais en pleine réflexion sur la suite de N&C STORIES, elle m'a recontacté en me présentant un projet artistique sur lequel elle collaborait à ce moment-là. Il s'agissait d'un projet musical original imaginé par l'artiste Ethan. Chaque chanson était en fait un épisode d'une histoire complexe alliant action et science-fiction. L'album en cours représentait comme la saison 1 d'une série. Le projet étant soutenu par Cocto, le fondateur de Music Media Consulting, dénicheur de talents et promoteur hors pair, j'ai perçu le beau potentiel créatif et médiatique du projet.


Au démarrage, le porteur du projet et artiste cherchait des créateurs et marques pour habiller les personnages de son premier épisode sous la forme d'un clip vidéo. Ce challenge m'a bien évidemment tout de suite emballé et j'ai sélectionné des marques eco-responsables à lui présenter. Lors d'un rendez-vous, il m'a présenté sa vision à laquelle j'ai tout de suite adhéré. Il souhaitait utiliser les codes de films d'actions pour faire passer des messages, donner une bonne image de la femme, mettre en scène des acteurs.rices de différentes origines et de toutes les générations. L'univers visuel du projet était très fort et attractif. Il y avait tous les ingrédients pour en faire un projet révolutionnaire dans l'univers du divertissement surtout francophone.


L'idée de mettre en avant des marques eco-responsables dans son pilote lui a beaucoup plu. Nous avons véritablement eu un bon feeling lors de notre rencontre et avons décidé de créer un partenariat sur cette mission pour commencer. Je trouvais des marques offrant des produits à placer dans le pilote, en échange, j'étais créditée sur le projet comme Trend Setter, dénomination qu'Ethan m'avait attribuée. J'étais très excitée à l'idée de prendre part à un projet de grande envergure et de pouvoir y associer mes engagements.



J'ai mené a bien cette mission en trouvant plusieurs marques, dont une créatrice, So Pilou, qui a réalisé une magnifique robe sur mesure pour l'héroïne. Le tournage avait déjà commencé et s'est poursuivi en France et au Canada. A ce moment-là, je n'étais pas concerné par cette partie.


Quoi qu'il en soit ma petite contribution au démarrage ayant largement satisfait le créateur, il m'a proposé de m'investir davantage dans son aventure. J'ai accepté de m'engager plus jusqu'à être à temps plein, tout en poursuivant la relance de ma société N&C STORIES. En effet, bien que je sois en train de me séparer de mon associée, je comptais garder l'entreprise et la développer en trouvant des investisseurs. J'ai retravaillé mon business plan tout l'été 2014, j'ai même participé à un speed dating d'entrepreneurs/business angels. J'étais déterminée à poursuivre la réalisation de ma vision. J'échangeais avec mon avocat pour racheter les parts de mon associée afin d'être définitivement libre d'avancer. J'ai découvert des aspects de l'entrepreneuriat que je n'avais alors jamais imaginé jusque là. La séparation entre deux associés, c'est vraiment loin d'être un conte de fée...


Au milieu de toute cette effervescence, j'ai décidé de m'engager au sein d'une association venant en aide aux femmes prostituées afin de monter un projet pour valoriser l'image de la femme. J'en parle plus en détails dans un prochain épisode de mon journal.

Je jonglais ainsi entre mon implication dans Mirage, le projet social avec les femmes et ma volonté de continuer N&C STORIES.


Le pilote étant prêt à être diffusé, il restait toute la partie relative à la promotion du projet. J'ai contribué à cette partie en m'occupant d'organiser un casting pour recruter un comédien qui se chargerait de déposer le projet au sein des plus grands médias français. En parallèle, j'accompagnais Ethan sur la recherche d'un community manager, d'une salle de cinéma ou théâtre pour organiser une avant-première, la réflexion sur la stratégie de promotion et la réalisation de supports de communication. J'étais passée de Trend Setter à Relations Partenaires, puis à bras droit. Nous avons passé des heures durant des mois à discuter du projet et à planifier les prochaines étapes. Au fur et à mesure que le projet évoluait, Ethan a décidé de lui apporter plus d'ampleur en écrivant le pilote d'un premier épisode de série TV. Le projet a pris une nouvelle dimension suscitant l'intérêt d'un créateur d'effets spéciaux à Hollywood.


Tout en préparant le pilote de la série, nous avons débuté la promotion du projet musical. Malheureusement, la campagne a dû être reportée suite aux attentats de Charlie Hebdo et nous avons du revoir le contenu du support à remettre aux directeurs des médias à la dernière minute.

Alors qu'au départ nous avions prévu de prendre un homme comédien pour déposer les mallettes en mode transporteur, Ethan a finalement décidé de me confier cette mission.

Ainsi, je me suis retrouvée à jouer un agent secret russe en charge de déposer des mallettes au directeurs de programmation des plus gros médias français : M6, Fun Radio, W9, NRJ, MTV, MCM, Europe 1.., mais aussi au bras droit de Luc Besson à Europacorp, en compagnie du cousin et partenaire d'Ethan. Toute une aventure, surtout en plein plan vigipirate... !



Par la suite, les choses se sont accélérées, nous avons rencontré un réalisateur connu, j'ai commencé à démarcher des sponsors plus conséquents pour le pilote, ainsi que des potentiels investisseurs intéressés par le projet. Le budget initial d'une vingtaine de milliers d'euros est passé à 6 zéros. La série TV commençait à prendre les allures d'un film d'une saga type La Mémoire dans la peau qui serait diffusé au cinéma. Le démarchage pour trouver des financements avec un projet de plus en plus ambitieux est loin d'être évident à mener surtout quand on est novice dans le domaine. La situation a fini par déraper et l'inévitable s'est produit en pleine recherche de financement, un clash a éclaté entre les membres de l'équipe.


De plus, mon état mental se dégradait depuis un certain temps, car cela faisait des mois que je travaillais sur des projets qui ne me rémunéraient pas en vivant dans l'espoir de la réussite, je me retrouvais à fermer ma société N&C STORIES ne parvenant pas à trouver d'arrangement avec mon associée, j'enchaînais des déceptions relationnelles pro et perso, je me sentais de moins en moins alignée avec certaines prises de décision dans le projet... Les désaccords et mon état d'épuisement m'ont poussé à prendre un temps de repos pour faire le point sur la suite de ma vie. Réussir, certes, mais à quel prix ? Et finalement, c'est quoi réussir ?


Ces moments charnières dans une vie sont douloureux, car on se retrouve face à un carrefour et un gros dilemme. Est-ce que je prends le risque de tout perdre alors que j'ai investi du temps et/ou de l'argent ? Est-ce que je prends un nouveau chemin ne sachant pas où je vais en laissant derrière moi ce que j'ai déjà réalisé ?



Après une longue réflexion, comme pour ma société initiale, j'ai préféré arrêter de participer au projet quitte à m'asseoir sur plus de 8 mois de travail et ne pas vivre le succès à venir. En effet, Ethan a poursuivi le développement du projet et l'a amené encore plus loin que là où nous étions arrivés avant mon départ. J'ai suivi de loin l'évolution, puis j'ai cru comprendre que le projet n'a finalement pas pu voir le jour comme prévu.


Partir n'a pas été un choix évident, car du jour au lendemain, je me suis retrouvée sans rien. Pour une hyper active entrepreneure comme moi, c'était assez violent. Il a donc fallu trouver une activité à faire en attendant de déterminer où j'irai. J'ai eu l'idée de me lancer dans l'intérim, bon compromis pour moi qui ne voulait plus de contrat indéterminé salarié. L'intérim m'a sauvé d'une certaine façon à plusieurs reprises dans mon parcours.


Un jour, j'ai lu une citation de Paolo Coelho qui m'a aidé à être en paix face aux situations vécues: « Il faut lutter pour ses rêves, mais il faut savoir également que quand certains chemins se révèlent impossibles, mieux vaut garder son énergie pour parcourir d’autres routes. »

Ca ne sert à rien de s'entêter dans des voies qui sont sans issues, car au final on perd notre énergie qui serait utile à découvrir de nouveaux horizons et faire évoluer notre vision différemment. Quand on arrive au bout d'une étape on le sent au fond de soi, et ce que j'ai appris à travers mes expériences, c'est qu'il faut être à l'écoute de son intuition avant d'en arriver à faire un burn out. Et parfois, quand on s'entête, des circonstances nous arrivent nous poussant dans nos retranchements, nous mettant face à nous même et nous obligeant à prendre des décisions, certes difficiles, mais salutaires...


Après la fermeture de N&C STORIES et mon départ de Mirage, j'ai poursuivi le projet associatif avec les femmes en montant un cours de couture, puis j'ai rejoint le projet de Cinekin. Ces aventures sont à découvrir dans des prochains articles !

© 2020 par Natacha Ruiz

  • Icône Facebook blanc
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Icône Instagram blanc
  • Blanc Icône YouTube